lagazetteafacettesdufestifai

Viscérébralement hors-format: la critique d’Echos 2013

In Concerts on June 30, 2013 at 11:14 pm

un son organique

Ce n’est pas un son agréable. Raclements, frottements, grincements. C’est un son organique, il ratisse nos viscères, il s’insinue dans nos membres, vicieux, par vagues. Contemplatif, angoissant, lancinant, mélancolique… il y a des bruits qu’on ne reconnaît plus, l’élongation d’une matière sonore qui nous mange les oreilles répercuté dans un fracas métallique, quelque chose qui plane et qui enveloppe toute surface. Et quelque soit le qualificatif le mieux adapté à l’expression de votre expérience, l’imagination. Déployée. Répercutée.

immergés, vagues d'herbes et de son

immergés, vagues d’herbes et de son

L’ambiance est posée. Pause. Et.

L’écho.

Il y a des corps dans l’herbe. Evanouis de son. Il y a la falaise. Il reste la falaise. Le son de la rivière. Puis la rivière. La rivière. Erre. Air. Ere. Nouvellement texturée. On respire à un autre rythme.

Son ou sang qui pulse.

Tamagawa: lancinant

Tamagawa: lancinant

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: