lagazetteafacettesdufestifai

Chant de Gorges

4511640-0comp 

 

Le long du sinueux chemin menant du Saix à la Ferme du Faï, on vient faire des ricochets dans la Maraize ou cueillir des brins de lavande…Mais ce 17 août dernier c’est à une toute autre cueillette auxquels ont été surpris les baladeurs s’engouffrant dans les Gorges du Gouravour. Entre cavités rocheuses, on cueille en effet(s) le son, on se repose dans l’onde non de l’eau mais de ren-voix, de mélodies rebondissant contre la falaise, résonances naturelles amplifiées par le gigantesque système sonore construit face à la falaise de la Plane – « Les Trompes » ou « Orgue naturel » – qui a fêté lors de « La Montagne qui chante » son dix-neuvième anniversaire, apothéose d’une vibrante saison d’été.

« Un jour, j’ai été contacté par des gens qui avaient un projet. De loin ça m’a paru intéressant, donc je suis venu sur le site au Faï et puis je suis monté par le petit chemin, un peu sauvage je crois que c’était début du printemps ou fin de l’hiver quelque chose comme ça, un temps assez mauvais » – Michel Stievenart, ingénieur acousticien

Gravir jusqu’aux graves 

Ceux qui se sont promenés la veille dans les alentours sont surement tombés sur trois paires de mains s’agitant dans le gros champignon en aval de la Trompe des Graves. Renfermant les douze haut-parleurs qui font sa puissance, l’objet se trouve alors en pleine opération à ciel ouvert menée par René Dupré, Jean-Michel Pillone et Michel Stievenart son ingénieur acousticien, revenu après 7 ans d’absence. Venant de constater la dégradation de deux des douze haut-parleurs, ils en profitent également pour donner un coup de scalpel dans une fréquence aigüe superflue, peaufinant une rénovation de l’engin entreprise pendant près d’un an par René Dupré et des jeunes de la Ferme du Faï, lieu d’accueil de chantiers internationaux. À l’aube de leurs vingt ans, les Trompes des fréquences médiums et aigües souffraient en effet d’années d’arrêt intempéries rendant le système inexploitable car rongé par l’humidité. Enfin opératoires et débarrassées de vibrations parasites, c’est à neuf qu’elles ont pu fêter l’anniversaire de leur construction.

« Bien qu’elle soit bâchée, ça ne suffit pas à la protéger de façon efficace. La rénovation qui a été pratiquée par René est très profonde puisque c’est l’ossature même des pavillons de médiums et aigues qui a été refaite. On ne pensait pas que le mal était si profond, et c’est en découvrant les pièces abîmées au fur et à mesure que l’on a vu que c’était rongé jusqu’à l’os. » Jean-Michel Pillone, bénévole il y a vingt ans sur le chantier Trompes, maintenant directeur de la Ferme

 

avant... [photo René Dupré]

avant… [photo René Dupré]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...après! [photo M.Stievenart]

…après! [photo M.Stievenart]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Explorer ondes et ricochets

IMG_1592Microphone installé aux abords du petit lac du « Théâtre de la falaise » – la scène de la Ferme du Faï faite d’herbes de bois et d’arbres -, l’après-midi de cet ensoleillé samedi d’août débute ainsi par des expérimentations vocales et musicales de musique live. Se succèdent une tentative d’enregistrement IMG_1604de répercussion de mots, puis une exploration musicale du son de trompettes, guitares et voix par un groupe de volontaires musiciens, enfin un duo grenoblois – Mickaël Paquier – percussionniste-  au daf et Claire, acousticienne à la clarinette –  nous improvisant une création se basant sur l’écho pour tempo. Mais les effets ne vont pas de soi : les voix sont particulièrement difficiles à faire passer dans les Trompes, déformées lors de leur réverbération. Même certains morceaux de musique surprennent l’auditeur : « dès fois on connaît le morceau, on l’envoie, mais ça ne marche pas du tout, ce n’est vraiment pas beau justement à cause de ces phénomènes acoustiques …Au contraire, parfois on est complétement surpris, cela modifie totalement la perception sonore de l’extrait, on s’en va dans autre chose » expose René, habitué des caprices sonores de l’instrument. Et le soleil bien présent ce jour-ci – ou davantage la chaleur – n’est pas forcément un élément bénéfique à l’écoute : les différences de températures plus que le vent encore, transforment celle-ci : sous l’effet de la chaleur, « le son, au lieu de décrire des droites, décrit une courbe qui va vers le ciel » explique Michel.

 

Rechercher le quatrième écho…

Cette écoute est non seulement dépendante des conditions météorologiques, mais également du lieu où se trouve l’auditeur. À la lune et aux ventres rebondis, les 120 visiteurs le repas fini sont ainsi invités à se faire marcheurs nocturnes afin de saisir toutes les réso-nuances de ce « concert de Trompe ». Venus d’un peu partout, de Grenoble à Dignes-les-Bains en passant par Le Saix, ils se mettent en branle aux vibrations d’une sélection d’une durée de 45 mn de morceaux enregistrés et dûment testés. Rafraîchie par des apports extérieurs (volontaires résidents ou visiteurs ponctuels), elle alterne désormais ses classiques (la voix de l’Ave Maria ou le saxophone de Summer time) avec de plus récents essais (Susheela Raman ou The XX). « Cela formait une nappe très diffuse. Je croyais reconnaître une espèce de kora et des violons, on avait à ce moment-là uniquement de l’écho, ce qui formait des arpèges et des nappes qui se formaient déjà dans la résonance des instruments. On avait vraiment que ça, des nappes et du coup l’endroit où on était collait parfaitement avec ce morceau », retrace Mickaël, revenu d’une marche graduelle dans les lieux de l’écho.

Sur les lieux du quatrième écho, une journaliste venue faire un reportage sur les Trompes tente de les capter, mais la chaleur régnante n'y est pas propice...

Sur les lieux du quatrième écho, une journaliste venue faire un reportage sur les Trompes tente de les capter, mais la chaleur de l’après-midi qui s’installe n’y est pas propice…

…et revenir valser au son acoustique

Fin des musiques amplifiées, la soirée « s’achève » à partir de 22h30 sur les chansons en français et rythmes d’ailleurs (et vice-versa) de Ioanes Trio : guitare au son de violoncelle, voix qui semble accrochée aux stries des roues d’une caravane… leur musique est à l’image de leurs instruments, enracinée dans des textes mordants ou rêveurs qui tiennent d’influences sans frontières. Le parasol géant a abandonné son ombre depuis longtemps, il la laisse sous les projecteurs à celles des danseurs sur la piste de graviers dont le regain d’énergie au rappel fait se prolonger les festivités bien tôt dans la nuit…

IMG_1607

Avant…

 

...après!

…après!

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Trompes désormais se reposent, rendues aux étoiles. Elles se reposent, et espèrent ne pas finir cornées, décolorées par le soleil au coin d’un album de fantasques souvenirs, à présent disposées à de nouveaux défis autant techniques qu’artistiques, que rayonne nouveaux rythmes, nouveaux sons, et surtout nouvelles émotions!

« On pourrait penser que cet instrument sonore est une chose incongrue, née d’une lubie de quelques farfelus, mais en ouvrant les yeux sur le monde et son histoire, on s’aperçoit que la musique “art des sons” commence très tôt, avec notre étonnement primitif à produire et reproduire des sons avec ce qu’on avait sous la main, notre voix, des cailloux, des bouts de bois, les cordes des arcs… » Michel Stievenart

La fine équipe: René Dupré, Michel Stievenart et J-M Pillone [photo Michel Stievenart]

La fine équipe: René Dupré, Michel Stievenart et J-M Pillone [photo Michel Stievenart]

Les évènements de l’été 2013 qui ont fait jouer les Trompes

Dédié à l’expérimentation sur Trompes: Echos, du 29 au 30 juin

Dans une moindre mesure: FestiFaï, du 23 au 27 juillet

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: