lagazetteafacettesdufestifai

Posts Tagged ‘Gilbert Gandil’

Festin de fous à Montmaur: « On était plein d’amour, il nous a glacé le cœur ! »

In Concerts on July 29, 2013 at 8:28 am

IMG_1072

Comment, entends-je s’offusquer dans les rangs, mais qu’est-ce donc que ces journalistes qui n’ouvrent pas leurs mirettes et déplument l’information et l’émotion? HOrS-foRmAt étant d’humeur joueuse aujourd’hui, eh bien il s’amuse. Ainsi avons-nous choisi comme titre la réaction de ma voisine (dont le pied a battu la mesure de bout en bout et frénétiquement sur le sol lustré du château) à l’annonce pré-concert du « Châtelain » – qui fut plus aride que riante en effet-…

Prémisses du banquet: dans les Hautes-Alpes on aime la vie de château!

Prémisses du banquet: dans les Hautes-Alpes on aime la vie de château!

Gilbert Gandil: saisissante guitare

Gilbert Gandil: saisissante guitare

« C’était excellent, la salle était chauffée à bloc, tout l’monde était scotché »

On espère d’ailleurs que personne n’est tombé malade du brusque changement de température qui opéra soudainement à l’arrivée de vibrations orchestrées par Serge Folie et Mickaël Paquier – le tout nouveau batteur cachant des cris sauvages sous son veston de velours…

« On s’est trouvé avec Mickaël, on a la même respiration. Quand on démarre un cycle on est toujours à la fin du cycle ensemble. On est donc prêts à repartir sans se regarder, et ça c’est super. »  (Serge Folie)

 

 

Mickaël Paquier: le rythme est dans le toucher

Mickaël Paquier: le rythme est dans le toucher

« On s’est régalé » : ne jamais parler la bouche pleine

Et pour le reste, en fait, Hf aimerait bien ne rien dire. Il a l’impression que ce n’est que bavardage, bavardage incessant, des mots qui ne servent à rien, qui se greffent à la beauté de l’instant comme les énormes perles colliés au cou de la spectatrice qui regarde le tout d’un air hautement silencieux, deux rangs derrière. Et on aimerait bien prendre des photos de ces ombres entre les mains joueuses de Jean-Michel Pillone, mais on ose pas : on a pas l’temps, on a le cœur qui bat.

En fait Hf va tout de même dire un mot, un seul : mouvement. Mouvement, avec un grand « aime ». Mouvement du corps de l’âme de tout. Mouvement: I was moved by the performance. Comme quoi, l’anglais même pour parler de chanson française, ça peut être parfois utile : le mouvement chez nos voisins d’Outre-Manche, il n’est pas que physique, il est également ’é-motion.

Ensuite je n’ai plus rien à dire. Tout ce qu’il y a à dire revient à ce mot. Mieux vaut taire alors. Mieux vaut taire (ou traire selon Monica qui vend ses ticket de la Grande Loteria  en toutes circonstances.)

Monica: insaisissable

Monica: insaisissable 

Mouvement ! Toucher de peau, le rythme effleuré.

Mouvement ! Jouissance de vibrations des mots du son.

Mouvement !

Mouvement ! Visage brossé à la couleur.

Mouvement ! Le rouge de sa robe, envolé.

Mouvement !

Mouvement ! Achever sur les voix d’un public qui semble du même coup s’applaudir!

Et se mouvant enfin vers la sortie, ce sont deux ogres – orgues pardon – de Barbarie qui nous accueillent : irrigués au jus, l’ivresse des pommes des Hauteuh zalpes du Sud (encore elles) fait chanter et danser convives jusqu’à pas d’heure…

« Le temps, le temps n’est pas dans le cadran mais dans ton cœur qui bat »

 

 

 

IMG_1047

Séranne avant/après :

« Ce n’est plus Philippe tout seul, il y a aussi un piano, un batteur, un guitariste…ça met en valeur ses chansons. Et puis il y a une mise en scène pensée, des choses simples mais qui fonctionnent, comme l’utilisation de l’allée centrale. Et ses chansons.. j’ai trouvé qu’il y avait un bon équilibre entre ambiances intimistes et ambiances punchy. » (Luc)

« Je connaissais la version Philippe tout seul et là j’ai découvert un tout nouveau Philippe. Il y a des trucs que j’ai beaucoup aimé, d’autres moins, bon je en sais pas si je suis très objective… mais on sent qu’entre le texte et la musique il y a vraiment des choses qui sont en train de se tisser ». (Marie F.)

« Alors là les gars, chapeau ! Franchement c’est bluffant. J’avais vu Philippe au spectacle tout seul avec Pierre Henri, et là ça prend tout de suite une autre dimension. C’est extrêmement riche…piano, percus…c’est exceptionnel ! (spectateur inconnu et conquis)

Toute l'équipe: Johan au dessin, Serge au piano, Mickaël aux percus, Gilbert aux guitare...et Séranne !

Toute l’équipe: Johan au dessin, Serge au piano, Mickaël aux percus, Gilbert aux guitare…et Séranne !

Et il n’ y a pas qu’HOrS-foRmAt qui le pense:

“Vibration profonde, voyage entre rêve et réalité. Nous étions quatre et nous avons suivi ”le Fou”. Merci pour cette soirée magique avec Séranne & cie. […] Nous sommes tellement heureux que ce FestiFaï existe, tout près de nous.” Chantal

IMG_0968bis

Francesca, volontaire long terme, à la déco avec Lionel, Christi, Eva et Agnès

IMG_0974IMG_0994

Advertisements